Historique

Inauguré en 1932, le Théâtre Saint-Michel fête son 85ème anniversaire en 2017. Il accueille aujourd’hui et demain, tout comme hier, tout ce que la culture peut offrir de meilleur. Théâtre, danse, chant et spectacles en tout genre : la vie est belle au TSM !

En Savoir Plus
  • Les débuts

    Le Théâtre Saint-Michel, inauguré en 1932, est l’œuvre de l’architecte A. Frans Hemelsoet. Ce dernier conçoit une salle de style Art déco pouvant accueillir à l’origine 1800 personnes assises, réparties entre un parterre et deux balcons supérieurs en « U ». La salle est de style « wagnérien » : toutes les places sont de face et l’ornementation est sobre, évitant ainsi de distraire le spectateur. La scène de 12 mètres de largeur au cadre, sur 12 mètres de profondeur et 12 mètres de hauteur est prolongée par un proscénium recouvrant une fosse d’orchestre.

    La décoration Art déco se marque dans le cadre de scène, noir, rectiligne, profilé à redents, les garde-corps en ferronnerie des balcons et des escaliers, les moulures du béton armé. Des luminaires de forme géométrique rythment les murs et les balcons ainsi que des plafonniers dans le plafond en léger berceau. Un hall accueille les spectateurs et son escalier monumental en granit distribue les spectateurs vers les deux balcons. A droite du bar, entièrement restauré en 2013, s’ouvre un grand salon, transformable en petite salle de 70 places.

    La salle a longtemps accueilli des spectacles avec musiciens, des opérettes et bien sûr des spectacles d’élèves ou d’anciens du Collège Saint-Michel adjacent. L’un deux, Bernard de Coster, se rendit célèbre par sa mise en scène de Caligula qu’il représenta dans le hall avec une troupe de théâtre universitaire, en mars 1976.

  • Lieu dédié à l’art

    Historiquement géré par le Collège Saint-Michel, en 1993, l’ASBL Salle Culturelle Saint-Michel confie pour trois saisons la gestion du Théâtre au régisseur Christian Gérard, assisté de Roland Bekkers. Ils y créeront des spectacles d’auteurs belges, dont L’Enseigneur, de Jean-Pierre Dopagne, joué par Alexandre Von Sivers. La salle accueille également des concerts philharmoniques, des conférences et des projections de documentaires.

    En 1997, le Théâtre Saint-Michel est repris par un opérateur privé, Antonio Vilardi, qui nouera des contacts avec des tournées parisiennes et mettra sur pied, en collaboration avec Albert Maizel, l’abonnement des « Théâtrales ». On lui doit aussi la co-fondation du Brussels Philharmonic Orchestra, en 2001.

    En janvier 2013, après une période de transition, l’ASBL Salle culturelle Saint-Michel fait appel à Cédric Juliens, qui s’associe à Thibaut Nève pour reprendre la direction artistique de la salle pendant un peu plus d’une saison. Ce dernier assure la direction opérationnelle et artistique à hauteur de 80 %. Les deux co-directeurs fondent leur travail sur 3 piliers : maintenir le théâtre en ordre de marche, assurer l’équilibre financier par des locations et proposer une programmation propre sous forme d’accueils ou de co-productions. Ils s’entourent d’une équipe composée d’Hélène Delaporte et Vincent Rutten, sous la direction administrative et financière de Violette Hortal. Des travaux de rénovation et de mise en conformité sont entrepris du côté du plateau, dans la salle et au bar.

    En juillet 2016, l’équipe se resserre afin de redynamiser les activités du Théâtre Saint-Michel et lui rendre une place de choix au cœur de Bruxelles. Rêvons ensemble, tout est possible !